Site logo
Site logo
Site logo
Site logo
  • Default
  • Blue
  • Green
  • Red
  • Black
myExtraContent1 (only enabled when style-switcher is on)
myExtraContent2 (only enabled when clock bar is on)
myExtraContent5 (reserved for mega-menu navigation option)
myExtraContent7
myExtraContent8 (only enabled when header search bar is on)
myExtraContent9
myExtraContent10 (used for the content of a second sidebar container)



NOTEWORTHY COMMENTS



phpnXob7O



Haïti: Il faut tuer les bandits (We Must Kill the Bandits)
Haiti Information Project, 66 minutes, 2010


Le documentaire du journaliste Kevin Pina (Haiti Information Project) est une réplique à la désinformation et au silence médiatiques qui ont étouffé la vérité sur la période consécutive au coup d´État contre le président Aristide le 29 février 2004. Dans la plupart des cas, les journalistes se sont contentés des rapports d´ONG financés par les gouvernements canadien et américain. Ce n´est pas le cas de Kevin Pina qui a vécu et travaillé en Haïti pendant de nombreuses années.

Au lendemain d´un coup d´État de 2004 longtemps prémédité entres autres à travers une campagne de déstabilisation du président Aristide et de son parti Lavalas menée par les États-Unis, le Canada et la France dans les domaines politique, économique et diplomatique, les USA ont pris en main le contrôle du pays. Cette opération a été suivie d´une part par l´établissement d´une force internationale de stabilisation (Minustah) par le Conseil de Sécurité de l´ONU, et d´autre part par la création d´un gouvernement dirigé par un Haïtien résidant aux USA, Gérard Latortue.

Ce gouvernement Latortue a impunément fait exécuter ou emprisonner les membres du parti Lavalas et ses supporters. Mais sans le soutien des USA, dit Kevin Pina, ce gouvernement n´aurait pas tenu une semaine.

La population haïtienne a résisté à cette répression, et la population des quartiers pauvres de la capitale a pris les armes pour se défendre de ces agressions.
Nouis savons grâce à des interviews accordées par des Haïtiens de ces quartiers pauvres, que la MINUSTAH a laissé la police tuer ou blesser des douzaines de participants à des manifestations pacifiques. Et Kevin Pina a été le témoin de semblables scènes où la police tirait sur des manifestants désarmés pendant que les forces de la Minustah assistaient sans réagir au massacre.
Des agences de presse comme AP ou Reuters n´ont pas jugé que ces événements méritaient leur intérêt.

Le documentaire présente plusieurs interviews poignantes de familles de prisonniers membres du parti Lavalas. Le premier ministre Yvon Neptune raconte comment il s´est retrouvé prisonnier dans son propre bureau. Et peu après, il a été interné sans jugement pendant deux années. Un autre personnage éminent du parti Lavalas, le Père Jean Juste subit le même sort. Le film joint des scènes filmées de massacre de la population haïtenne, des images sanglantes et fortes, à des interviews des victimes et de leurs familles.

Nous sommes donc au coeur du drame et très loin des versions officielles produite par des entreprises commerciales.
Ce documentaire réalisé par Kevin Pina assisté de plusieurs collaborateurs haïtiens est produit par Haiti Information Project.


books

Associate Professor Gérard Lehmann
University of South Denmark




Pina's work is a "must see"

‘We Must Kill the Bandits' is the latest in a series of excellent video-documenting of the challenges of democracy and self-determination in Haiti by Kevin Pina and the Haiti Information Project. Pina's work exposes the obstacles presented by the United States government, the United Nations and the predatory Haitian elite to a true grassroots, popular democracy being constructed in Haiti. 'We Must Kill the Bandits' also exhibits the spirit of resilience and resistance of the Haitian people in the face of its powerful and privileged adversaries. Pina's work is a "must see" for anyone interested in contemporary issues of human rights and wants to understand the roots of the current crisis in Haiti.



Akinyele Umoja
Associate Professor
African-American Studies
Georgia State University



Congratulations on a powerful film.  It is very related to the work my friends at Unity Ayiti are doing.  We'd love to talk with Kevin Pina and/or the other filmmakers about incorporating the film into a campaign around MINUSTAH occupation.


Kim Borba
Arts Engine, Inc.


myExtraContent13
myExtraContent15